Augustin Tempestifs

 

personnalité passionnée,

Augustin garde d’une enfance un peu volée et complexe, mais sans doute aussi de son âme irlandaise, un caractère lunatique, passant de la bonne humeur et de l’humour ravageur à la mélancolie pensive.

Son amour et son admiration paternelle, l’amitié indéfectible qu’il a pour Isy et Gunièvre, lui permettront de tenir bon face à cet autre amour immodéré qu’est pour lui la bière irlandaise, dont il use et abuse… Personnalité complexe et profonde, passionné, il garde aussi de son adolescence la trace d’une voie dont il n’a échappé que par une chance extrême…

 

Né en 1979 à Dublin, Augustin a passé sa seule enfance, jusque ses 7 ans, en Irlande,

avant de suivre sa mère en France. En 2008, il décide de retrouver ses racines, lâche tout en France et part vivre dans le Connemara pour y exercer le métier de ses rêves et y ouvrir un pub.

Le père d'Isy, John, était en effet un marin irlandais. Rouquin, braillard, bâti comme une armoire à glace, bagarreur et volage, il embarquait dès l'âge de 16 ans sur des bateaux en partance pour le monde entier, apprenant rapidement à lever le coude dans les bars du monde (trouvant à chaque fois que la bière irlandaise était quand même la meilleure du monde), à séduire la donzelle des ports et à manier le couteau et le coup de poing aussi bien que la pinte.

En 1978, il séduit ainsi au Port de Recouvrance une jeune oie blanche de 18 ans, Emilie Ducarton, qui tombe d'une part follement amoureuse de lui, d'autre part en cloque. Chassée par sa famille, elle part à l'aventure en Irlande et finit par le retrouver à Dublin. Gentleman, il reconnaît l'enfant à naître, et Augustin (appelé ainsi en hommage à son arrière grand-père breton) naît ainsi à Dublin le jour de la fête nationale française en 1979.

Il est élevé essentiellement par sa mère, chichement, et voit très peu son père, toujours par les océans, les pubs ou les mauvais coups. La pauvre Emilie, de plus en plus délaissée, vivant de ménages et des quelques sous que John lui ramène parfois, souffrant du mal du pays, décide en 1986 de suivre un commerçant français de passage à Dublin, Raymond Aufessette, vers Aubervillepapier en Région Parisienne.

Raymond épouse rapidement Emilie, qui l'aide grandement au magasin, et qu'il aime, mais supporte difficilement Augustin qui est un enfant difficile, fugueur, en rébellion prématurée. C'est dans ce contexte qu'Augustin grandit difficilement, avec une scolarité tendue, un allant précoce vers la boisson, fréquentant la racaille dès 12/13 ans et aussi pas mal les commissariats. Ses rapports avec son beau-père deviennent exécrables et Augustin monte en mythe son père John, dont le souvenir est ténu, dont sa mère ne parle jamais et avec qui elle a rompu tout contact.

En 1994, en 3e, alors que tout le mène vers l'apprentissage et/ou la délinquance, il a une professeur de français, Gunièvre du Parcgiron, qui le prend en charge affectivement et scolairement. Comprenant son attachement à sa terre natale, elle lui fait découvrir Fitzgerald et Joyce dont il tombe éperdument fan, s'assimilant rapidement à Stephen Dedalus.

Grâce à Gunièvre, il passe en seconde et réussit très correctement ses études secondaires, renouant avec l'anglais de façon méthodique, puis dans le supérieur, où Augustin réussit une licence d'anglais. La seule chose qu'Augustin ne lâche pas, c'est son amour immodéré pour la boutanche, et plus précisément pour la bière irlandaise…

En 1998, Gunièvre lui présente un jeune homme un peu plus jeune que lui, Isy Cureuil : leur amitié est fulgurante (Parce que c'était lui, parce que c'était moi). Passionné de voyage, Isy lui fait découvrir les terres du monde, lui qui n'est jamais sorti d'Aubervillepapier.

En 2000, il le convainc de partir avec lui en Irlande à la recherche de son père. Au bout de 2 mois d'enquêtes, de questionnements et d'errements, ils le découvrent à Conway. Les retrouvailles sont étranges : victime d'un accident en mer, John a une jambe de bois, vit avec sa pension d'ancien marin et passe ses journées de pub en pub, finissant immuablement déchiré tous les soirs à la brune. Les beuveries rapprochent père et fils, et même si Augustin et Isy doivent repartir au bout de 2 semaines, le contact est pris et ne cessera jamais, Augustin voyant son père au minimum tous les étés.

En 2002, grâce à Isy, Augustin trouve des boulots de traducteur pour diverses revues et magazines, et d'accompagnateur de groupes irlandais en France, ou le contraire. Mais il travaille à son grand projet : revenir vivre en Irlande, auprès de son père. D'autant qu'il est tombé éperdument amoureux, à l'été 2006, d'une jeune et belle irlandaise rousse aux yeux verts, Molly Bloompaper, qu'il épouse en 2008, année où il franchit le pas, achète avec ses économies de 7 ans, mais aussi grâce à l'aide de sa mère et de son beau-père avec qui il a renoué, le pub préféré de son père. En 2010 naît Stephen, son premier fils.

 

Centres d'intérêt/hobbies

La bière irlandaise : Augustin est une encyclopédie vivante de la bière irlandaise. Il les connaît toutes. Parfois, il essaie de goûter une bière belge, allemande, japonaise, pour définitivement se convaincre, comme son père, que l'irlandaise est la meilleure du monde. Son travail l'amène à goûter beaucoup, et il connaît tous les pubs de Dublin. Isy l'a emmené en voyage au Japon, en Chine, à New York et à Bamako, pays dont il a écrit un guide des bars et cafés qu'il a consciencieusement écumés.

Littérature : tous les auteurs irlandais, Joyce en tête, qu'il a lu et relu et dont il connaît des passages par cœur qu'il scande en fin de soirée pour les habitués de son pub.

Cinéma : bien que Gunièvre et Isy l'y aient traîné plusieurs fois, Augustin n'aime pas le cinéma, ne voyant pas l'intérêt de rester assis dans le noir sans boire pendant 2 heures.

Musique : Augustin s'est pris de passion pour la musique irlandaise, toute la musique irlandaise. Comme tout Irlandais, Bono est son héros, mais il apprend également le dulcimer pour jouer avec ses amis de Conway dans les bals et les soirées qu'il anime dans son pub.

Collection : Augustin collectionne les bouteilles de bière du monde entier, surtout les irlandaises. On dit qu'il a la plus belle collection d'Irlande.

Internet : né dans la génération internet, Augustin utilise Internet, mais pas trop quand même, sauf pour fréquenter et participer activement aux sites d'échanges sur la bière, et pour communiquer avec ses amis Isy et Gunièvre.

 

Amours

Augustin a fréquenté à l’âge de son adolescence plusieurs jeunes filles qu’il « partageait » avec sa bande. Mais de 1995 à 2006, personne ne lui a connu d’attache ni de relation, jusqu’à ce qu’il rencontre la femme de sa vie, Molly, dont il est éperdument amoureux et veut au moins 4 enfants.